DIEU

Je n’étais qu’un tout p’tit bonhomme

A peine plus haut que trois pommes

Quand on m’a mené jusqu’à toi

Pour la première fois sous ton toit

 

J’savais tout juste ouvrir la bouche

Et encore moins pisser sans couche

Que blotti au creux de leurs bras

On m’signait déjà de ta croix

 

Comme si c’était une évidence

Ancrée au fond de leurs consciences

Pour faire partie de ton royaume

Qu’un grand Homme devienne le môme

 

J’n’avais pas fait mon premier pas

N’savais pas compter jusqu’à trois

Qu’on m’lavait le cerveau déjà

De ta morale et de tes lois

 

Dieu,

Si tant est que tu existes, Dieu

Je rêvais tant qu’on soit complices

Quand chaque soir enfant je te retrouvais

Que jamais tu n’apparaissais …

Dieu

Où te caches-tu avec ton fils ? Dieu

Allez réponds que je te dise

Qu’ici -bas des hommes deviennent fous

A force de croire que tu es tout

 

Parce que bien sûr moi j’ai tout fait

Parfaitement comme il le fallait

Parfaitement comme le voulaient

Ces gens là qui me racontaient

 

Avec des étoiles dans les yeux

Que croire en toi, c’est croire en Dieu

Qu’au-delà de ces cathédrales

Tu nous délivrerais du Mal

 

Combien de fois je t’ai parlé ?

Combien de fois je t’ai prié ?

Combien de fois j’ai même pensé

Finir un jour par t’épouser ?

 

Ils ont fait de moi ton soldat

De chœur ton enfant le plus droit

Au plus haut des cieux, hosanna

Je les ai cru, pauvre de moi !

 

Dieu

Si tant est que tu existes, Dieu

Comptes-tu un jour entrer en piste ?

Quand un enfant migrant meurt échoué

Seul sur une plage comme un déchet

Dieu

Qu’est-ce qui t’atteint ? Qu’est-ce qui t’attriste ?…Dieu

Serais tu lâche et égoïste ?

A l’image des hommes que tu as créés

Nous, qui n’sommes de toi que le reflet

 

Pont musical

 

Dieu

Pro ou bien anti-terroriste ? Que

Mon nom soit rayé de ta liste

Je ne veux plus jamais être à toi lié

Comme toutes ces bandes d’aliénés

Dieu,

Je ne veux plus croire que tu existes, Dieu

Allah, Vishnou, Bouddha ou Christ…

Je préfère même brûler en Enfer

Que de croire encore à tes chimères

 

Il faudra encore combien de guerres

En ton nom avant que tout s’éclaire ?

Dieu...